Rot un Wiss : le drapeau historique de l’Alsace

 

 

« Il ne peut y avoir de pays sans drapeau. » [1] - Michel Pastoureau- historien.

Les couleurs rouge et blanc associées sont enracinées dans la longue histoire de l’Alsace. Elles sont le plus ancien marqueur d’identification de l’Alsace puisqu’elles remontent au tréfonds de notre histoire médiévale. En effet, dès le XIe s., l’armée du premier duc de Lorraine, Gerhard d’Alsace (1024-1070), un descendant du duc Etichon-Athic d’Alsace d’après l’historien J.-Daniel Schöpflin, arborait les deux bannières rouges et blanches. Ces deux couleurs figurent également dans les armoiries du Nordgau, utilisées à partir de 1262 par le Landgraf issu des comtes de Werd.

Elles figurent de même dans les armoiries des plus grandes familles nobles alsaciennes comme les Andlau, les Geroldseck, les Ochsenstein, les Rappolstein, les Lichtenberg, les Wangen, les Wasigenstein… On les retrouve également dans les armes des évêques de Strassburg[2] ou dans celle des Habsburg, d’origine alsacienne.

Armoiries des princes-évêques de Strasbourg

Couleurs alémaniques traditionnelles, elles se retrouvent dans la plupart des armoiries de nos villes : Mülhausen, Ensisheim, Gebweiler, Schlettstadt, Münster, Türkheim, Rappoltsweiler, Weissenburg, Zabern… sans oublier la "Freie Reichsstadt Strassburg". La forte récurrence des couleurs rouge et blanc dans les armoiries de nos villes témoigne de leur proximité avec le Saint Empire romain germanique : ces deux couleurs se trouvaient tant sur la bannière impériale, « die Reichsbanner », (1200 à 1350, croix blanche sur fond rouge[3]) que sur la « Blutfahne », aussi appelée « Blutbann », utilisée du XIe s. au XVIIe s. pour représenter le pouvoir de haute justice, c’est-à-dire le droit de vie et de mort d’un souverain ou d’un seigneur sur ses sujets.

Reichsbanner (1200 – v. 1350) 

   

Die Blutfahne  (http://www.flaggenlexikon.de/f1rblutf.htm) 

Dans la Freie Reichsstadt Strassburg, quand venait le Schwörtag, créé en 1334, c’est encore sur l’étendard rot un wiss que chaque année les bourgeois prêtaient leur serment de fidélité à la Constitution. Cette institution se perpétuera jusqu’en 1790.

A la fin du XVe s. et au début du XVIe, ces deux couleurs sont reprises par les paysans en révolte du Bundschuh : sur une gravure de 1522 un paysan armé à la manière des lansquenets déploie une bannière rouge et blanc sur laquelle flamboie le cri de l’insurrection : « Freyheit ». 

Au XVIIe s., dans ses « Mémoires de deux voyages et séjours en Alsace (1674/76 & 1681) »publiés en 1684 et 1886, le sieur J. de l’Hermine (Lazare de la Salle), un agent français envoyé en mission en 1674 dans une Alsace en ruine encore meurtrie par la guerre, raconte avoir assisté à une messe en l’église d’Altkirch pavoisée de bannières rouge et blanc : « Je trouvai aussi notre petite ville d’Altkirch toute changée depuis la paix, l’église étoit reblanchie du haut en bas et ornée de compartiments de peintures en guirlandes et en festons de feuilles de laurier et de fruits, les autels étoient peints et dorés de nouveau, le chœur et la nef brilloient de vingt bannières de taffetas rouge et blanc à l’allemande, attachées le long des deux murs. »

Les couleurs rouge et blanc associées continueront d’être utilisées sous la royauté comme une réminiscence nostalgique des anciennes libertés d’empire. Dans les dessins de Hansi se rapportant à la visite de Charles X en Basse-Alsace en 1828, dans les villages pavoisés traversés par le roi, à côté des trois fleurs de Lys, symbole de la royauté, flotte aux fenêtres et sur le clocher de l’église, le Rot un Wiss.

 

Symbole de la volonté d’émancipation des Alsaciens sous le Reichsland.

Nos deux couleurs, qui n’ont jamais quitté les cœurs alsaciens, auront ainsi traversé les siècles. Cependant, tant que durera le morcellement politique de l’Alsace, elles ne seront jamais consacrées officiellement comme son emblème unitaire. 

Mais lorsque le traité de Francfort (10.5.1871) consacre la cession de l’Alsace-Moselle au Reich allemand, les couleurs rot un wiss jaillissent avec une vigueur nouvelle. Face à l’emblème impérial allemand noir-blanc-rouge qu’on veut leur imposer, les Alsaciens, qui ne se reconnaissent pas dans ces couleurs, marquent alors leur singularité en arborant leurs couleurs ancestrales rot un wiss. Strassburg donne le signal en adoptant un drapeau juxtaposant deux bandes horizontales : rouge (en haut) et blanc.

Le drapeau rot un wiss fleurit à travers tout le pays. On le retrouve partout, aussi bien dans les dessins de Hansi ou de Zislin que sur des peintures de Charles Spindler, Paul Kauffmann et tant d’autres. 

Charles Spindler : Alsacienne bas-rhinoise au drapeau

Aquarelle de Paul Kaufmann

Les poètes alsaciens comme les frères Mathis, Gustave Stoskopf (D’r verbotte Fahne -1904), René Schickele… vont contribuer à le mythifier. A plusieurs reprises, les autorités allemandes tentent de l’interdire. En vain. Pour finir, il s’impose comme la bannière, non reconnue, du Reichsland. Il devient le symbole de la volonté émancipatrice de l’Alsace et des libertés à reconquérir ! Restait à l’officialiser.

La constitution de 1911, qui fait du Reichsland un Etat en devenir, en fournit l’occasion. Dans l’euphorie de la victoire de l’autonomie, Emile Woerth (1870-1926) compose la même année l’Elsässisches Fahnenlied, qui exalte nos couleurs  et qui sera adopté comme l’hymne national du pays : « Weiss und Rot : Die Fahne seh’n wir schweben ! Bis zum Tod, Ihr treu ergeben ! »

 

La question du drapeau officiel est débattue au Landtag

Entre 1912 et 1913, la question du drapeau est débattue au sein des diverses factions du Landtag. Très vite un consensus en faveur du Rot un Wiss se dégage. Le 12 mai 1912, devant le Landtag et au nom du puissant Zentrum, le chanoine Muller demande un drapeau officiel pour l’Alsace « qui pourrait être l’emblème de notre particularisme et de notre autonomie » « Was es zum Teil durch unsere Konstitution erreicht und zum Teil noch zu erreichen hofft : « ein Wahrzeichen unserer Eigenheit und unserer Selbständigkeit. »

Ce sentiment est partagé par le chef du parti libéral Georges Wolf. Idem pour les autonomistes francophiles rangés derrière l’abbé Wetterlé qui adhèrent à la démarche. Le bloc lorrain suit également ce mouvement. Quant aux socialistes, ils marquent leur préférence pour le drapeau rouge de l’internationale ouvrière mais réitèrent leurs assurances de ne pas faire obstruction et de voter le projet. Pour concilier l’opinion lorraine, on prend soin d’ajouter une croix de Lorraine jaune dans la bande rouge côté hampe. Le drapeau rot un wiss fera ainsi l’unanimité. 

Drapeau du Reichsland voté par le Landtag d’Alsace-Lorraine 

Effectivement, le 25 juin 1912, le Landtag d’Alsace-Lorraine adopte le drapeau rot un wiss à l’unanimité et lui confère ainsi une légitimité historique. Ce vote suivait les deux motions présentées par le Zentrum (Charles Hauss) et le parti libéral-démocrate (Georges Wolf) ainsi que les conclusion d’une commission chargée d’élaborer une proposition définitive.

Mais le Kaiser se braque et refuse d’agréer le vote du parlement alsacien. Viendra la guerre.

 

Retour des jacobins français

Le retour des Français en 1918, sera marqué par une débauche de déclarations patriotiques, de discours martiaux des généraux et officiels français et de pavoisement tricolore. Le nationalisme français est alors à son apogée. Pour l’Alsace, Paris fait le choix d’une assimilation rapide. Ainsi est entreprise une vaste campagne de « débochisation » accompagnée d’une épuration ethnique impitoyable qui se soldera par l’expulsion de 130.000 à 150 000 Alt-Deutsche et « bochophiles » alsaciens-mosellans. La constitution alsacienne de 1911 est carrément ignorée. Hansi et l’abbé Wetterlé tombent le masque et dénigrent maintenant le Rot un Wiss. Wetterlé déclare à présent qu’il est « un sérieux obstacle à la réassimilation ».

Auréolés de la victoire, venus dans le sillage des Commissaires de la République « une et indivisible », les jacobins de retour au pays ont beau expliquer que dans un cœur « vraiment français », il ne peut y avoir de place pour deux drapeaux ou deux langues et que l’amour pour la patrie française doit être exclusif, rien n’y fait : l’ivresse tricolore des premières semaines retombée, les Alsaciens continueront de s’accrocher à leur langue, leurs particularismes et leur Rot un Wiss marqueurs de leur identité. Ainsi, en 1920, pour la venue du Président de la République à Dannemarie/Dammerkirch, la mairie est parée de grands drapeaux tricolores et rot un wiss placés côte à côte. 

Et dans les années 1920, quand les Heimatrechtler se dressent pour défendre les droits inaliénables des Alsaciens ou lors des grandes manifestations de mécontentement des Alsaciens contre l’injustice et la politique d’assimilation, le Rot un Wiss accompagne tous les rassemblements. A plusieurs reprises, la police va s’en saisir et même tenter de l’interdire. Mais au final, les Alsaciens vont gagner le bras de fer engagé avec Paris pour la reconnaissance du "droit local", glaçant ainsi d'effroi tous les jacobins du pays qui finissent par assimiler le Rot un Wiss avec la contestation alsacienne victorieuse.

En 1923, l’écrivain francophile Maurice Betz (1898-1946) publie son roman titré « Rouge et Blanc ». Quatre années plus tard, en 1927, Henri Solveen choisit d’illustrer la couverture du calendrier de l’ARC avec des bannières rot un wiss flottant au vent et ce titre « Elsass-Lothringen – Ein Kalender auf das Jahr ».

En août 1931, il devient l’emblème officiel de la « Jung Volkspartei », le grand mouvement de jeunesse de l’UPR, le parti catholique alsacien, premier parti du pays. Et dans les manifestations ouvrières, il est brandi à coté du drapeau révolutionnaire rouge ! Il devient ainsi un symbole fort de la volonté des Alsaciens d’affirmer leur dignité, leurs droits et leur identité. Il cohabitera tant bien que mal avec le drapeau tricolore jusqu’à l’orée de la dernière guerre. 

Avec l’arrivée des Nazis en 1940, qui ne sont que des jacobins bruns ennemis de la diversité et hantés par l’idée de l’Etat unitaire centralisé, l’autonomisme et le particularisme alsaciens sont bannis de la sphère publique. Aussitôt le Rot un Wiss, considéré comme séditieux, est interdit !

 

Ostracisé après 1945

Après la Libération, il n’y aura plus de place pour une quelconque affirmation régionale. Les premiers mois le Rot un Wiss refleurit néanmoins : des jeunes filles offrent des bouquets de fleurs rouges et blanches aux soldats libérateurs, au passage des troupes alliées on continue d’arborer le Rot un Wiss à côté du drapeau tricolore et lors des processions catholiques, il voisine toujours avec les flammes pontificales jaune et blanc.

 

Mais le gouvernement à Paris, craignant une résurgence de la contestation alsacienne de l’entre-deux guerres, veut en finir une fois pour toutes avec le particularisme alsacien. La tâche lui sera facilitée par l’absence en Alsace de partis régionaux et d’une presse régionaliste forte comme avant la guerre.

Aussitôt, les officines jacobines, les préfets, le rectorat, la presse patriotique aux ordres et tout ce que le pays compte de nationalistes bornés se liguent pour pousser les Alsaciens au reniement de leur identité, de leur drapeau et de leur langue, à présent décriée comme étant celle des occupants nazis ! Ils contrôlent tous les vecteurs de la communication et œuvrent de concert pour effacer des mémoires la fronde de l’entre-deux guerres qui avait vu le peuple alsacien se dresser contre la politique d’anéantissement de son identité menée par Paris.

Le matraquage idéologique des jacobins est engagé. Tous les marqueurs du particularisme alsacien sont systématiquement dénigrés, ringardisés. Beaucoup d’Alsaciens, traumatisés par la guerre, sont alors désemparés devant tant de fanatisme ! Ils vont courber l’échine… « d’Füscht im Sack ». 

Evidemment dans ce contexte de haine nationaliste - « le nationalisme, c’est la haine des autres » disait Romain Gary - il n’y a plus de place pour des symboles d’appartenance comme le Rot un Wiss qui est diabolisé et voué aux gémonies. Pire, certains malveillants y voient même un symbole nazi ! Un comble, quand on sait qu’il a été proscrit par les nazis, qu’il n’est pas souillé de sang, n’a jamais flotté sur aucun champ de bataille, ni accompagné aucune guerre coloniale ou impérialiste.  

De ce fait, les apparitions du Rot un Wiss se feront plus rares et souvent liées à des événements où s’exprime le ras-le-bol alsacien : procès d’Oradour (1953), manifestation contre le transfert du Synchrotron (1984)… Dans le nuit du 22 au 23 juin 1968, un étudiant Charles Stirnweiss hisse l’étendard rot un wiss sur la flèche de la cathédrale pour marquer l’exaspération des Alsaciens devant la politique de Paris. Les DNA parleront des couleurs monégasques.  

A partir des années 1970, le Rot un Wiss fera des réapparitions remarquées : en 1970, quand le Racing Club de Strasbourg remporte le championnat de France de football, le Rot un Wiss est arboré par les supporteurs[4]!!! En 1975, est fondé le périodique Rot un Wiss qui aura 30 années d’existence. Il est aussi présent dans les hauts lieux de la contestation écologiste (Fessenheim (1971), Marckolsheim (1974), Heiteren, Gerstheim (1977))… En 1976, à l’occasion de la venue du président Giscard d’Estaing en Alsace, il flotte au faîte de plusieurs châteaux sur les hauteurs des Vosges. Enfin, en juin 1978, on le trouve sur le stand de la fédération PSU-Alsace lors du rassemblement national du PSU à Courneuve. Des poètes comme André Weckmann ou Jean Dentinger n’hésitent pas à le remettre à l’honneur.

 

1990 : Pavillon administratif contre drapeau historique

Pavillon administratif de la région Alsace

Depuis 1945, les élus alsaciens, tétanisés par l’idée d’être traités d’autonomistes, furent d’une soumission à toute épreuve. Ainsi, c’est par lâcheté politique qu’en 1990 le Conseil régional préfère ignorer la drapeau Rot un Wiss pour lui substituer un pavillon créé de toute pièce formé d’un mixte d’armoiries qui deviendra le « drapeau institutionnel »[5] (fusion des blasons de Haute- et Basse-Alsace : les 6 couronnes jaunes évoquent  la dynastie des Habsbourg, originaires d’Alsace et comtes du Sundgau ; la bande blanche ornée de part et d’autre de dentelles stylisées représente les Comtes de Werd, comtes du Nordgau, qui régnèrent sur le nord de la région ; le fond rouge, commun aux deux blasons, est censé marquer l’union régionale).

On peut objecter deux arguments majeurs aux promoteurs du « drapeau » administratif :

-       L’Alsace des deux Gaugrafschaften auxquelles fait référence le « pavillon administratif » n’a rien à voir avec l’Alsace d’aujourd’hui... à moins de visées expansionnistes. En effet, ses limites territoriales étaient beaucoup plus étendues : au nord, elle s’étendait jusque au-delà de Landau ; au sud les territoires habsbourgeois du Sundgau s’étendaient jusqu’au Jura et comprenaient Belfort et Delle / Dattenried.

-       Un drapeau ne peut être confondu avec une armoirie. C’est avant tout une association de couleurs, d’où l’expression : « hisser les couleurs ». 

A partir de là, tous les efforts seront déployés par les appareils administratifs de l’Etat et de la Région pour ostraciser le drapeau historique et lui substituer le « drapeau » institutionnel.

Mais cet Ersatz de «drapeau », marque de la « trahison des clercs », n’a jamais trouvé l’adhésion des Alsaciens. Alors que le Rot un Wiss ancestral vient du peuple et du tréfonds de notre histoire, ce qui lui confère une indéniable légitimité, on a voulu imposer « d’en haut » un pavillon fabriqué de toute pièce, sans aucun ancrage historique et sans écho dans l’âme du peuple. Il s’agissait de faire du neuf pour rompre avec le passé !

Pour les raisons évoquées plus haut, le pavillon de 1990 n’est donc pas substituable au drapeau historique. De plus, la région Alsace ayant été supprimée en 2015, l’emblème administratif qui s’y rattache ne correspond plus à aucune réalité. Il est donc logiquement appelé à disparaître.

 

Retour en force du Rot un Wiss

A partir de la fin des années 1990, le Rot un Wiss va reprendre des couleurs. L’Union du Peuple Alsacien, puis Unser Land, les premiers vont le réintroduire dans la sphère politique. En juillet 1999, lors de l’inauguration de plaques de rues bilingues à Blienschwiller, Adrien Zeller brandira haut le rot un wiss. 

Juillet 1999 à Blienschwiller

Adrien Zeller brandit le Rot un Wiss (photo DNA 22.7.1999)

 

Marie de Pfaffenhoffen 2007 

Quelques années plus tard, le Modem va leur emboiter le pas. Le 10.3.2010, lors des élections régionales, 4 eurodéputés du Modem – Bennhamias, Goulard, Sarnez, Rochefort - prennent la parole à la Salamandre de Strasbourg sur une tribune pavoisée de drapeaux rot un wiss. L’année suivante le Modem, associé à Unser Land, organise une manifestation devant l’ancien bâtiment du Landtag, aujourd’hui le TNS, pour réclamer, drapeaux rot un wiss au vent, la création d’un Parlement d’Alsace (référence au Landtag instauré en 1911).

Dessin de Yann Wehrling tête de liste du Modem aux Régionales de 2010 et manifestation du Modem à Strasbourg en 2011

Des chanteurs, des poètes vont à nouveau lui rendre hommage. Plusieurs livres et des sites internet lui sont consacrés. Le Rot un Wiss apparaît avec une fréquence accrue dans les rencontres, les défilés et les actions contestataires y compris syndicales. L’Alsacienne Delphine Wespiser, miss France 2012, n’hésite pas à s’afficher avec le Rot un Wiss.

Delphine Wespiser, "Miss France", avec le rot un wiss

Progressivement, à mesure que les échos du projet gouvernemental d'effacement de la Région Alsace se précisent, on le retrouve sur le fronton de certaines mairies et dans nos villes. En 2014, on le voit flotter également devant le Haut-Koenigsbourg et au fronton du bâtiment de l'ancien Landtag à Strasbourg (actuel TNS). Il réapparaît aux fenêtres des maisons et aux balcons. Dans un article d’une page, Jacques Fortier va le réhabiliter dans les DNA (7.10.2014). De son côté, Charles Haegen lui consacre un long article retraçant son histoire dans L’Ami du Peuple (9.11.2014). La volonté de vérité l’aura finalement emporté. On revient enfin à plus de sérénité !

Rot un Wiss au Haut-Koenigsbourg et devant la mairie de Roeschwog

Fin 2014 début 2015, quand Paris décide de manière unilatérale de la disparition de la Région Alsace et sa fusion-dilution dans un Grand-Est désincarné sans même consulter la population, le Rot un Wiss fera un retour en force dans toutes les manifestations de protestation. Il submerge la manifestation de protestation contre la fusion organisée par Philippe Richert le 11 octobre 2014 au Wacken : des centaines voire des milliers de Rot un Wiss sont brandis au-dessus des têtes. Les mois qui suivent voient de véritables marées de Rot un Wiss déferler dans les rues de Strasbourg, Colmar et Mulhouse.  

Manifestation contre la fusion à Strasbourg le 14.3.2015

 A nouveau les Alsaciens se reconnaissaient dans le Rot un Wiss. Il a aujourd’hui supplanté le pavillon institutionnel de la défunte Région Alsace qu’on cherchait à leur imposer. La machine à décrédibiliser des jacobins s’est enrayée.

Le Rot un Wiss est redevenu le symbole incontesté d’identification de l’Alsace. Le poids de l’histoire longue l’aura finalement emporté sur les enjeux politiques de courte vue. Venu du peuple, le Rot un Wiss revient sur le devant de la scène alsacienne. Il occupe à nouveau le haut du pavé, porté par la base populaire qui ne l’a jamais oublié… au grand dam des Jacobins !

Bernard Wittmann – Historien  20.10.2017 



[1] Une histoire symbolique du Moyen-Âge occidental, Seuil, 2004. (cité par Charles Haegen – Ami Hebdo 9.11.2014)

[2] La bannière rouge et blanc (inversé) de l’archevêque de Strasbourg flotte toujours sur le Mont Ste Odile.

[3] Par la suite, la bannière impériale sera formée d’un aigle bicéphale noir sur fond d’or.

[4] De 1920 à 1960, avec une interruption de 1945 à 1950, le blason du club a toujours repris le rouge et le blanc de la ville de Strasbourg. Mais en 1945, quand les dirigeants eurent à choisir les couleurs du club, ils choisirent d’ignorer le rouge et le blanc des armes de Strasbourg, leur préférant le blanc et le… bleu.  En 1967, une diagonale rouge réintègre le blason qui comportera alors les 3 couleurs du drapeau français : bleu, blanc, rouge !!

[5] Il est venu remplacer le pavillon administratif créé en 1949 - formé des deux blasons non pas fusionnés mais  accolés, en formant un chevron - et censé signifier l’union régionale. Le fond rouge étant commun aux deux blasons. Ce pavillon était lui même inspiré d’un blason créé au XVIIe s. par l’Intendance d’Alsace. Celui-ci devait marquer l’unité de la nouvelle province allemande conquise par le roi et lui permettre d’intégrer le cadre juridique de l’Allemagne impériale pour pouvoir revendiquer un droit au titre d’Empereur.

Une autre solution s’offrait pourtant aux élus du Conseil Régional pour donner une légitimité historique au drapeau administratif. C’était celle d’adopter le drapeau historique voté par notre parlement en 1912. Dans ce cas, la croix de Lorraine aurait pu être un hommage rendu aux villages lorrains du Krumme Elsass rattachés à l’Alsace en 1793.

 

----------------------------------------

 

ROT un WISS

(s’Nationallied)

 

Rot un Wiss für d’Ewigkeit                                   Rot un Wiss fer d’Ewigkeit

Gestern und heut in Sklaverei                               Gescht un hit en Sklaverei

Morgen, morgen, sind wir frei                               Morje, Morje, sen m’r frei

Wie der Duft aus der Ros befreit.                           Wie de Duft üs de Ros befreit

  

Rot un Wiss für dich und mich                               Rot un Wiss fer dech un mech

Dass wir was zu essen haben                                Ass m’r ebs ze asse han

Für Leib und Seel ; Brot und Wein haben                  Fer Leib un Seel ; Brot un Win han

Wir schon, nicht nur für die eigne Küch’                    M’r schon, net numme fer d’eigne Kech’

 

Rot un Wiss fürs Elsass-Land                                  Rot un Wiss fers Elsass-Land

Die Wut ist ausser Rand und Band                           D’Wüet esch üsser Rand un Band

Rot un Wiss fürs ganze Volk                                    Rot un Wiss fers ganze Volk

Das ist fürs Herz reines Gold                                   Des esch fers Harz reines Gold

 

Rot un Wiss auf dem Münster                                 Rot un Wiss uf’m Menschter    

Zeigt uns allen den richt’gen Weg                             Zeit uns alle de rechti Waj

«Elsass ! Elsass ! - rufen die Fenster -                       « Elsass ! Elsass ! - rüefe d’Fanschter -

Das Joch ist gefallen ! - Gottes Segen !»                    S’Joch esch g’falle ! - Gottes Saje !»

 

Bruno WOLFF (1998)

(Geboren am 6. November 1953 in Strassburg) 

« Gedichtet in der Nacht vom 1. zum 2. Juno 1998

und später in eine schon vorhandene Melodie vertont.

Nur für B. Wittmann (der sich treu geblieben ist !) und seinen

langjährigen Kampf für Gerechtigkeit und Menschentrechte. »